AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ψ LES DIVINITE PAÏENNES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Omni Potentis

" SUPERNATURAL ID CARD "
« Au nom du tout Puissant »

avatar
« Au nom du tout Puissant »



- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - - ✟ MESSAGES : 1007
✟ ARRIVED ON : 13/08/2012


MessageSujet: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   Ven 31 Aoû - 9:56



La colère des dieux
PREAMBULE



Comme nous l’avons évoqué dans le passage consacré à la Marche des Rêves et Cauchemars, une idée ou un concept qui devient suffisamment fort dans les rêves des hommes peut accéder à l’indépendance et à la conscience. C’est le cas des dieux (avec une minuscule pour ne pas fâcher le Vieux) qui ne sont que des bouts de rêves, des fragments arrachés à l’inconscient collectif de l’humanité, nourris de leurs croyances et de leurs fantasmes.

Il fut un temps mythique où les Dragons foulaient la Terre, où l’humanité adorait la nature qui la surpassait, où les mythes et les légendes étaient encore vivants. Les conteurs et les prêtres parlaient des merveilles de l’Univers et les hommes rêvaient. Quand les civilisations commencèrent à se fabriquer de véritables panthéons d’ancêtres et de héros mythiques, d’individus qui avaient laissé une empreinte profonde sur leur société, leur mémoire et leurs légendes, les rêves se firent de plus en plus précis.

Et à mesure que la réalité de ces individus disparaissait dans la mémoire pour laisser place à l’exaltation de leurs qualités mythiques, à mesure que les rêves devenaient plus colorés, plus riches, plus systématiques aussi, quand nuit après nuit, homme après homme, génération après génération, tous rêvaient à la même chose, ce sont les rêves eux-mêmes qui devinrent plus puissants et qui finirent par acquérir une conscience.

Alors ces rêves se regroupent entre eux et apprennent à se nourrir de plus en plus des rêves des hommes, au point qu’ils sont presque capables de se manifester à eux et de faire des miracles. Les rêves se renforcent et renforcent ces entités du même coup : le phénomène est enclenché et, un jour, ces dieux créés par les hommes ont eut suffisamment de pouvoir pour annexer une Marche qui passait près de la MRC et y bâtir leur royaume.

Juste une histoire de rêves...
LA VIE D'UN DIEU. AVANT.


Ce sont donc les hommes qui créent les dieux et leur permettent de se construire un petit endroit bien à eux. Ce sont des Marches aux dimensions réduites (Olympe, Valhalla et tutti quanti dont vous trouverez les descriptions dans les chapitres consacrés à leur panthéon respectifs), avec des limites à ne pas franchir sous peine de rater une Marche, reliés à la MRC par des passerelles qui permettent de les alimenter en énergie magique.

C’est d’ailleurs grâce aux rêves des hommes que les dieux font connaître leur volonté : la divination n’est que l’autre nom donné à une forme bien particulière de somnambulisme ou de stase cataleptique. La pythie dormait en permanence et le temps de Delphes donne vraiment sommeil… Ils ont aussi la possibilité, s’ils ont suffisamment de puissance, d’intervenir sur Terre grâce aux héros, leurs agents incarnés sur Terre pour les servir. Ce sont des humains ayant une foi sans faille en leurs dieux, ce qui leur permet, après la mort, de ne pas passer par le Purgatoire mais de se rendre directement dans la Marche squattée par leur divinité.

Les dieux peuvent s’incarner sur Terre en profitant du fait que la MRC bave sur le plan terrestre mais le chemin est difficile (ou l’était jusqu’à l’intervention de Dieu). Ils n’ont donc pas besoin d’hôte et possèdent des talents particuliers, des talents individuels.

Et que se passe-t-il quand plus personne ne croit en eux ? Et bien, ils disparaissent lentement, leur Marche entrant en décadence faute de puissance pour l’alimenter. Ca commence un jour avec une fissure sur le mur du plafond et, au bout de quelques dizaines d’années, les colonnes s’effondrent, les dieux maigrissent, paraissent de moins en moins majestueux. Ils sont faibles et leurs pouvoirs disparaissent un par un. Et au bout d’un moment, ils s’effacent, tout simplement. Ils ne peuvent pas mourir : ils n’ont jamais été vivants. Leurs croyants, par contre, sont bons pour rejoindre le Purgatoire, oui, la vie n’est pas juste… Certains dieux parviennent à éviter cela, ils forcent une antichambre en chargeant tant qu’ils ont encore un peu de pouvoirs et pénètrent sur le plan terrestre. Ils y perdent leur divinité mais y gagnent souvent une vie très longue, voire infinie, et ne sont pas soumis à certaines contingences terrestres telles que manger, dormir, etc. On les retrouve dans les montagnes détachés, ermites, avec un petit sourire sur le visage.

Juste une histoire de...
AH NON, TIENS CA CHANGE...


Tout cela, c’était bien quand ils ne dépendaient que des hommes, quand ils étaient dépendants des rêves, enfermés sur leur petite Marche, tranquillous pépères. Sauf qu’ils ne le sont plus parce que le Seigneur, dans Sa grande bonté, et surtout dans sa grande colère, a changé les règles du jeu. Nos petits amis ailés n’étant pas assez intelligents pour continuer à bosser s’il n’y a aucune menace, Dieu a libéré les dieux… c’est comique hein. Il a donné de sa puissance pour offrir une consistance aux micros-univers créés à l’origine par les rêveries humains. Et vous allez me dire « mais alors, tout ce que tu racontes depuis le début, ça sert à quoi ? » et je vous réponds : à faire la différence entre avant et après. Désormais les divinités, mythes, légendes, monstres et tout ce que vous voulez, ont un univers consistant alimenté par la volonté du Tout-Puissant, et il le restera jusqu’à ce que les Anges et Démons se décident à bosser pour de vrai. On résume avant de présenter les règles des divers panthéons ? Oui ? Allez c’est parti !

En clair
VIVE LES RESUMES !


• Une divinité s’incarne sous sa vraie forme, n’a donc pas besoin d’hôte mais doit prendre un pseudonyme pour passer dans le système humain sans se faire repérer.
• Ils n’ont pas besoin de manger, dormir, etc. aussi souvent que les mortels, mais tout de même, s’alimenter permet de garder une activité intense, de même que dormir… sinon au bout d’une semaine, ils sont au radar.
• Ils peuvent passer de leur panthéon à la Marche Terrestre par le moyen que leur accordait leur légende originelle.
• Ils dépendent toujours des caractéristiques accordées par les mortels. Ils apparaissent donc tels qu’ils sont représentés dans les mythologies.
• La puissance d’un dieu ‘’pilier’’, tels que les 12 de l’Olympe, équivaut à celle d’un Archange ou d’un Prince. Oui, ça fait mal. Les divinités mineures, elles, sont équivalentes à des Anges & Démons.
• Ils ont tous une capacité spéciale liée au caractère dominant de l’histoire qui a été inventée pour eux par les Hommes.
• Les Païens ne sont PAS tenus de respecter le Grand Jeu. Ils respectent leurs règles, celles de leur Panthéon, et uniquement celles-ci. Inutile donc de vouloir les punir pour ne pas avoir respecté les préceptes de Dieu, ils ne les connaissent pas.
• Au même titre que les autres êtres surnaturels, ils sont coincés à Melbourne, leurs micro-univers ayant été ouverts sur la Terre par Dieu, ainsi doivent-ils s’adapter à ce monde qu’ils ne connaissent qu’en surface. Les technologies, tout ça… pour certains, c’est le flou total. D’autres ont été informés par les rêves du peu de fidèles qu’il leur restait. A vous de choisir à la création du personnage.
N'oubliez cependant pas qu'ils ont été enfermés durant des siècles, qu'ils réalisent à peine combien le monde est vaste, combien leur puissance leur a été ponctionnée par "ceux qui ont des ailes", alors forcément, ils sont en colère, très en colère, et ils vont se venger, chacun à leur manière.

(nb. les informations qui suivent sont à titre informatif, contentez-vous du panthéon qui vous intéresse pour les premiers pas. Le staff est là, par ailleurs, pour répondre à toutes questions. Nous savons combien c'est compliqué et fastidieux.)

© tiré d'INS, Edition III, éditée par ASMODEE, rédigé par Croc et les auteurs respectifs ayant collaboré sur ce projet, réarrangé pour MAGNA VERITAS







Dernière édition par Omni Potentis le Sam 6 Oct - 15:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://magna-veritas.forumactif.com


Omni Potentis

" SUPERNATURAL ID CARD "
« Au nom du tout Puissant »

avatar
« Au nom du tout Puissant »



- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - - ✟ MESSAGES : 1007
✟ ARRIVED ON : 13/08/2012


MessageSujet: Re: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   Ven 31 Aoû - 9:57



Le Panthéon Viking
LES FONDEMENTS DE LA VIE



Ce qui suit est un bref résumé des us et coutumes, ainsi que de la manière de penser, d’un Viking stéréotypé. Nous vous épargnons le pavé d'histoire théorique, l'organisation de ce Panthéon étant plus claire et les coutumes mieux connues. En cas de problèmes, le staff & Wikipédia sont vos amis.

LA RELIGION
Le Valhalla est le domaine des dieux, une sorte de paradis pour les Vikings. C’est là que vivent les dieux et les guerriers valeureux morts au combat. C’est un gigantesque palais dans le plus pur style viking, massif, oppressant, entouré d’immenses forêts et montagnes avec des animaux plus grands que nature. Dans ce palais ont lieu des banquets sans fin où les guerriers méritants se reposent.
Tous les guerriers réincarnés sur Terre viennent du Valhalla. Ce sont donc les âmes de Vikings morts au combat des années auparavant, voire des siècles pour certains. Ces Vikings ont commencé à descendre pendant le Ragnarok, la bataille contre les forces des ténèbres qui pour eux se situe aux alentours de l’an 1. Certains Vikings attendent en ce moment un Ragnarok bis et un renouveau de la foi viking parmi les humains. Quoi qu’il en soit, tant qu’il en restera, les Vikings continueront à se battre pour leur cause. Comme à chaque fois qu’ils meurent en combattant bravement, ils peuvent revenir sur Terre se réincarner, après un laps de temps plus ou moins long (mais plutôt long tout de même), ils risquent encore de combattre un bail.

L’HONNEUR
Les vertus les plus importantes pour un Viking sont l’hospitalité, le courage et la générosité (et, accessoirement, savoir boire beaucoup sans rouler sous la table). Le code de conduite des Vikings peut sembler un peu abstrait pour un occidental du 21ème siècle, mais n’oublions pas qu’il a été forgé des millénaires en arrière en d’autres coutumes. Voilà quelques exemples concrets qui vous permettront de mieux incarner un personnage viking :

Ne pas frapper une femme : si les femmes vikings n’ont aucun droit, il est cependant mal vu de les violenter. En revanche, rien n’interdit de les chasser, de les insulter ou de les humilier.
Ne pas pleurer : pleurer est synonyme de faiblesse et les Vikings se prennent pour des êtres exceptionnels. Accuser quelqu’un d’avoir pleuré est une insulte très grave, qui peut se finir dans un bain de sang. En fait, seuls les hommes et les Walkyries ont interdiction de pleurer. Toutefois les femmes seront mieux traitées si elles ne pleurent pas et les enfants mieux considérés.
Prendre soin de ses enfants : Les Vikings considèrent que les enfants sont le bien le plus sacré, non seulement de la famille mais aussi de la tribu. Quelqu’un ne prenant pas soin de ses enfants sera très mal considéré par ses pairs. Les enfants mâles sont bien sûr plus importants. D’ailleurs, il faut remarquer que l’enfant sera considéré comme de sang viking uniquement si le père est un Viking. Si c’est la mère qui est d’origine nordique, il sera traité comme un bâtard.
Ne pas faire brûler une forêt : un crime grave puni de bannissement. Les Vikings sont très attachés à la mère nature et la forêt est en quelque sorte leur seconde maison.
Ne pas être laid : les Vikings pensent que les hommes laids ont du sang de Troll dans les veines et se sentent mal à l’aise en présence de personnes laides. Si en plus cette personne est très grande (plus de deux mètres), ils vont avoir tendance à l’éviter.
Ne pas être imberbe ou homosexuel : très mal vu dans un milieu où le taux d’hormones mâles dépasse les maxima autorisés.
Ne pas rompre une promesse, mentir ou tricher : un Viking coupable d’un tel acte perdra son honneur. Cependant, cela ne s’applique que dans les relations avec les autres Vikings. Il est tout à fait admis que l’on puisse berner un étranger et encore plus un ennemi.
Ne pas être lâche : fuir un combat est inadmissible, sauf si le Viking n’a décidément aucune chance de vaincre et qu’il ne fuit que pour revenir plus tard. Un Viking ayant fui un adversaire qui l’a défié en combat singulier risque de se faire cracher au visage par ses compagnons.

LES DUELS
Les différends entre Vikings se règlent le plus souvent au cours de duels traditionnels. Une surface de 5 mètres sur 5 de sable ou de terre claire est tracée sur le sol. Le Viking qui a demandé le duel doit attendre de se faire toucher pour attaquer (il peut cependant parer). Dés qu’une goutte de sang atteint le sol, le duel est arrêté et le perdant est celui dont le sang a touché le sol. Le gagnant a raison, car les dieux en ont décidé ainsi. Si un adversaire sort du ‘’ring’’, il est déclaré perdant et lâche. Si les duels ne sont jamais à mort, il arrive parfois qu’il y ait des accidents. Parfois, il s’agit de véritables dérapages car les Vikings se battent avec de vraies armes, parfois c’est une tête décapitée qui touche le sol au lieu d’une goutte de sang. Tuer un adversaire pendant un duel rituel est très mal vu et le fautif est traité comme un tricheur, voire quelqu’un qui a peur de se soumettre au jugement des dieux, donc un lâche.

LA JUSTICE
La justice viking, appelée le Thing, est rendue par des Doomsman, serviteurs du dieu Tyr qui est l’équivalent chez les Viking d’un savant mélange entre Anyël, Andromalius et Mitzraël… effrayant non ? Les lois vikings sont très sévères et parfois incompréhensibles. Cependant, le principe de base est très simple. Le juge entend les deux parties et prend une décision sans appel en son âme et conscience. Le coupable doit payer à la victime un équivalent de ce que la victime a perdu (une sorte de troc) et le juge décide aussi si ce que propose le coupable est bien suffisant pour combler le demandeur. Cependant, les crimes très graves, tels que le meurtre, ne sont pas réglés par les serviteurs de Tyr mais à coup de vendettas sanglantes. Cela dit, les personnages des joueurs étant la crème de la crème de la nation viking, on ne devrait pas avoir à en arriver là.

LA PLACE DES FEMMES
Les femmes n’ont aucun droit chez les Vikings, surtout depuis le début du Ragnarok. Elles reprennent pourtant un peu de leurs droit dans le foyer, les hommes leur laissant souvent le soin d’élever les enfants. Seules les Walkyries sont respectées chez les Vikings et il est conseillé aux joueurs voulant incarner un rôle féminin d’en incarner une. Ils devront alors vénérer Frigg ou Freya.

L’HOSPITALITE
Les Vikings sont réputés pour leur hospitalité, leur sens de l’accueil. Les régions inhospitalières où ils habitaient, ont contribué à forger ce trait de caractère. Un Viking ne refusera jamais l’hospitalité à un inconnu, mais gare à celui qui en profite. Les Vikings n’aiment pas beaucoup que l’on se foute de leur gueule.

LES BANQUETS
Les banquets, les jeux et toutes sortes de festivités sont très prisées par les Vikings. Si au Valhalla les festivités sont permanentes, un guerrier incarné se doit d’organiser régulièrement un festin et d’y inviter ses plus proches amis. Plus le festin est somptueux, mieux le Viking sera vu. Les jeux de hasard, physiques ou intellectuels sont très en vogue, agrémentant couramment les banquets. Toutes les raisons sont bonnes pour festoyer… le début d’un voyage, la fin d’un voyage, la fin d’un combat, un dur combat à venir, le retour d’un ami, son départ, etc.

LES OBJETS VIKINGS
Les Vikings sont de grands amateurs de belles armes et armures. Ils sont prêts à dépenser des fortunes pour posséder les plus belles d’entre eux. Quant aux armes runiques, elles sont tout simplement tellement recherchées que certains Vikings se lancent dans des quêtes interminables pour en acquérir ou en retrouver une.
De la même manière, mais de façon plus hobistique, les Vikings sont des amoureux des drakkars. C’est un plaisir qui est devenu rare car il est difficile de croiser un drakkar de nos jours et que personne ne trouve drôle de se faire pincer par la police avec une bande de potes en armes et armures sur un drakkar. Les Vikings se rabattent donc sur des bateaux traditionnels mais les décorent toujours à la mode nordique.

Les plus aware des Vikings sont à la poursuite des fragments du marteau de Thor, détruit au cours du Ragnarok. Ils se servent de ses éclats de pierre comme porte-bonheur, conscients de leur rareté et de leurs capacités physiques étonnantes (ces minéraux s’avérant très riches en métaux, dont plusieurs ne sont pas répertoriés par les sciences modernes).

© tiré d'INS, Edition III, éditée par ASMODEE, rédigé par Croc et les auteurs respectifs ayant collaboré sur ce projet, réarrangé pour MAGNA VERITAS





Dernière édition par Omni Potentis le Lun 1 Oct - 13:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://magna-veritas.forumactif.com


Omni Potentis

" SUPERNATURAL ID CARD "
« Au nom du tout Puissant »

avatar
« Au nom du tout Puissant »



- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - - ✟ MESSAGES : 1007
✟ ARRIVED ON : 13/08/2012


MessageSujet: Re: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   Ven 31 Aoû - 9:58



Le Panthéon Greco-romain
DE L'HISTOIRE. ENCORE.



Ce qui marque l’entrée dans l’Histoire avec un grand H du panthéon gréco-romain c’est la fameuse guerre de Troie. Provoquée comme de juste par des querelles stratégoco-politiques (et non par l’action conjointe d’une pomme dorée et d’une meuf trop bonne), ce conflit finit par asseoir la domination grecque sur un petit coin de la Méditerranée. La bataille prend fin vers l’an -1000, grâce à l’industrieux Ulysse et son canasson à double fond (trouvaille qui lui vaudra le privilège d’être le premier Héros du panthéon grec). Après cette victoire, les rêves des croyants se font de plus en plus nombreux et de plus en plus précis. Les dieux informes et laids commencent à prendre meilleure tournure puis accouchent à la pelle de rejetons divins. Olympus se peuple de toutes sortes de créatures bucoliques (nymphes, satyres, muses…) afin de servir tout ce beau monde et d’amuser la galerie.

Vers 800 se produit un évènement vital dans l’histoire de cette foi. Un poète aveugle, nomade et mystérieux, couche par écrit le récit de la guerre de Troie. Quelques années après, il pond une suite à son best-seller qui lui vaudra d’être considéré comme le premier auteur de roman… Le bougre fait des émules : peu de temps après les épopées d’Homère (car c’était lui), un certain Hésiode enfonce un second clou en rédigeant sa Théogonie. Pour la première fois, la mythologie d’une religion polythéiste est consignée sous forme durable. Cet acte sera un vecteur de la longévité exceptionnelle d’une partie du panthéon grec.
Entre temps, les plus grands rivaux polythéistes du bassin méditerranéen ont perdu de leur vitesse. Seuls le mazdéisme de Zarathoustra et la foi égyptienne peuvent encore être crédibles dans le rôle de rivaux potentiels. Le petit panthéon a bien poussé en neuf siècles et Olympus, après s’être détaché de la Marche des Rêves et Cauchemars, s’est rapprochée de la Terre. Des passerelles ont été jetées, dont la principale au sommet d’une montagne du Péloponnèse appelée mont Olympe. Les divinités grecques envoient leurs Héros aux nouvelles et se fendent parfois d’une petite incantation pour organiser les cultes et galvaniser la foi. Non contents de posséder une religion aboutie et puissante, les Grecs ont le don de développer une vie culturelle et intellectuelle intense. On philosophe, on politise, on tragédise à qui mieux mieux dans les rues des cités.

500 correspond à l’âge d’or de la religion olympienne. La bonne trentaine de dieux est au mieux de sa forme, les bûchers à sacrifices tournent à plein, les Héros meurent en chantant et la Pythie vient en mangeant. Le panthéon est tellement puissant qu’il parvient même à diviniser une humaine sous le nom de Déméter, déesse de la fertilité, du printemps et des ch’tits n’oiseaux (si vous n’avez jamais entendu causer de cette histoire, farfouillez dans vos archives : il s’agit de la future Archange Eve). Mais cette apogée contient déjà les germes de la déréliction. En effet, alors que le sentiment religieux est à son comble, des siècles de polythéisme commencent à lasser les esprits les plus forts. Les intellos se tournent vers une forme rudimentaire de science teintée de mysticisme : Pythagore rêve de chiffres divins, Socrate accouche de son monde des idées, Sophocle commence à se foutre de la gueule des dieux… Tout cela ne laisse rien présager de bon à Zeus et à sa dream team. En -300, il organise une table ronde pour savoir ce qu’il faut faire.

La solution c’est Arès, dieu de la guerre, qui l’apporte. Puisque le marché spirituel est saturé, il faut exporter la foi grecque à travers le monde. Conquérir un nouveau public, en quelque sorte. Bim bam boum, il s’incarne sur Terre et fait les trois-huit au chevet d’un futur chef d’état de légende : Alexandre le Grand. Dés qu’il est en âge de tenir sur un dada, le jeune homme est envoyé à la guerre. Et avec le soutien occulte des dieux incarnés et des Héros, il fout la pâtée aux armées adverses, poussant ses conquêtes jusqu’en Perse et en Inde. Comme tout bon chef militaire il meurt jeune (moins de trente ans) et sans revoir son pays natal. Pas grave, se disent les dieux, notre foi est lancée.

Sauf que bof. Si l’empire taillé par Alexandre a bien amené de nouveaux croyants et renforcé la présence d’Olympus, il est bien trop grand pour être contrôlable. Après la mort du conquérant, les barbaresques vaincus n’ont aucun mal à reprendre leur dû et à refouler la culture grecque. L’empire hellénique chute d’aussi haut qu’il était monté. Et arrivé à zéro, il continue à descendre.

Quand y en a plus, y en a encore
LES DIEUX FONT LEUR COME-BACK


On va s’arrêter là pour le cours d’histoire, vous avez l’essentiel du début du commencement, et je vous pense assez intelligents pour vous souvenir de vos cours de lycée. Si, si. Au pire, Wikipedia est votre ami. Suite à la chute de l’empire Helléniste, bien des évènements malmenèrent la foi polythéiste, si bien que les mythes se mélangèrent, que les romains ramenèrent leurs petites idées et que tout cela parti en soupe incroyable. Au final pourtant, rien empêcha le monothéisme de se répandre, de grignoter du terrain, de faire oublier la grande époque de l’héroïsme et de l’inceste divin. Charmant, je sais. Sur la Marche des Rêves et des Cauchemars, l’ont vit s’éteindre lentement les puissances, disparaissant, devenant l’ombre de ce qu’ils étaient, d’anciens songes délaissés. Puis sont arrivés Percy Jackson et toute la clique. Vive l’époque moderne du cinéma, du roman, du fantastique. A nouveau, les enfants rêvèrent de héros. A nouveau, le souffle de vie s’envola vers Olympus, réanimant les êtres mythologiques, encore plus merveilleux, encore plus précis, encore plus grand et tellement plus puissants. Leurs effets spéciaux avec. Les Démons, Anges, et surtout Dieu lui-même se souvint donc de leur existence, car Dieu est tout, car Dieu ressent tout. Il s’en souvint surtout lorsqu’il fut temps de punir les enfants ingrats qui ne foutaient plus rien sur Terre.

Un beau jour, nos habitants des songes virent leur micro-univers grandir, se solidifier, acquérir une puissance jamais vue, sans qu’aucun d’eux ne parvienne à comprendre d’où cette bénédiction venait. Zeus lui-même n’eut pas de réponse, mais l’ascenseur dans un building, il trouva ça carrément cool (n’oubliez pas que leur Marche changeaient en fonction de la représentation des humains jusqu’à ce que le Vieux intervienne). Il leur fallut quelques semaines et un grand conseil pour comprendre, émettre des idées, et s’intégrer à la vie moderne. En posant pour la première fois le petit orteil à Melbourne, ils comprirent l’étendue de la mascarade : ils avaient été écartés, manipulés, abandonnés. Mais désormais, ils étaient puissants, ils pouvaient se venger. Et la vengeance d’un dieu, je vous assure, ça fait mal, surtout quand elle est cautionnée par le Créateur. Rien n’empêche plus nos mythes, nos légendes, de prendre corps, d’agir, d’user de leurs pouvoirs et de recruter, à leur tour, les âmes de nouveaux croyants. Le voyage entre l’Olympe et la Terre se fait avec une facilité déconcertante, grâce au cinéma, et à ce fameux building cité plus haut. Seuls eux peuvent le voir, seuls eux peuvent l’emprunter. Autant dire qu’ils ne se privent plus de rien.

© tiré d'INS, Edition III, éditée par ASMODEE, rédigé par Croc et les auteurs respectifs ayant collaboré sur ce projet, réarrangé pour MAGNA VERITAS





Dernière édition par Omni Potentis le Lun 1 Oct - 13:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://magna-veritas.forumactif.com


Omni Potentis

" SUPERNATURAL ID CARD "
« Au nom du tout Puissant »

avatar
« Au nom du tout Puissant »



- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - - ✟ MESSAGES : 1007
✟ ARRIVED ON : 13/08/2012


MessageSujet: Re: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   Ven 31 Aoû - 9:58



Le Panthéon Egyptien
POUR LES NULS



- Un indice pour nos téléspectateurs…
Top. La première occupation de mon futur territoire date de 6000 avant J.C mais c’est seulement vers le IVème millénaire qu’une civilisation centrée sur le fleuve qui parcourt ma vallée se détache clairement. Après quelques temps, ce territoire se trouve scindé en deux royaumes, qui recouvrent le Nord et le Sud de la vallée du Nil. En 3000 avant J.C. Ménès qui règne au Sud unifie ce territoire et fait de Memphis, ville créée à la jonction des deux royaumes, ma capitale. Se faisant, Ménès devient le premier de mes souverains dont les siècles garderont le souvenir sous le nom de pharaons. Ma civilisation domine cette partie du monde pendant plusieurs millénaires, et laissera derrière elle de nombreux monuments tels que les sphinx et les pyramides. Le déclin ne viendra qu’avec l’arrivée de l’empire romain et sera généralement associé au suicide de Cléopâtre, ma dernière grande reine. Je suis, je suis… Mais répondez bande d’incapables ! Pharaon, pyramides, Cléopâtre, je suis, je suis… L’Egypte, bande de nuls ! Putain, deux à un. Je sens que j’en suis pas sorti, de cette finale.


C’était « la civilisation égyptienne pour les nuls », merci d’avoir lu cet historique, mais pour la suite, nous nous trouvons dans un univers parallèle.

Le panthéon égyptien est l’un des plus anciens qui soient. Il faut dire qu’il a été un peu aidé.
Tout d’abord, vers le milieu du quatrième millénaire avant le baba-cool, Seth (le fils d’Adam, hé oui, Seth était un fils d'Adam je vous en apprends une bonne hein ?) s’installe dans le delta du Nil, et en fait un royaume d’une puissance sans comparaison à l’époque. Ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde, en particulier à l’éternelle Agnan Sashkah. Celle-ci ne conçoit en effet pas que Seth puisse errer librement sur Terre après avoir bravé l’autorité divine. Il passe donc un accord avec Ménès, le roi du Sud, pour éliminer l’impertinent. Les psis de Seth sont loin de faire le poids face aux Anges envoyés par Sash’ sous leur vraie forme – nous sommes bien avant le Grand Jeu.

Au début du troisième millénaire, Ménès règne sur l’intégralité de l’Egypte. C’est alors qu’intervient le deuxième fait qui va imposer l’Egypte comme civilisation dominante pour deux bons millénaires : en remerciement de ses services, Sashkah laisse à Ménès un bout de pomme qui recèle une puissance phénoménale. Il s’agit en effet de la Vraie Pomme de la Connaissance. Ménès, ingrat, décide de n’utiliser ce théofact qu’au profit de son dieu, Horus. La mythologie égyptienne assimilera d’ailleurs ce morceau de pomme à l’œil d’Horus. Ou de Ra. Ca dépend du contexte, et ce genre de blague ne rend pas le panthéon égyptien particulièrement simple à appréhender. En apprenant cela, Sashkah est à deux doigts de retourner faire sa fête à Ménès. Heureusement pour l’Egypte, Mikael lui fait remarquer qu’elle passe beaucoup de temps à interférer dans les affaires humaines, et qu’il serait de bon ton de leur laisser un peu de cette liberté que Dieu leur a donné. Sashkah qui n’avait pas encore oublié qu’il n’est jamais bon de jouer contre quelqu’un qui connaît déjà votre prochain mouvement, se le tint pour dit. Et quand elle demanda si elle ne devrait pas juste récupérer la pomme ‘’pour ne pas déséquilibrer les forces en présence’’, Mikael répondit par ce sourire mystérieux si horripilant qu’il maîtrise depuis la nuit des temps.

Jusqu’en 2400 environs, la civilisation égyptienne est exceptionnellement puissante et éclairée. Mais le pouvoir des pharaons finit par s’effriter avec la VIème dynastie. Une invasion étrangère finit de détruire l’unité qui faisait la force de l’Egypte. La période suivante est une période de chaos, où plusieurs dynasties coexistent. C’est seulement vers le début du deuxième millénaire que l’une d’elles, la XIème, réussit à réunifier le Double Pays. Cet empire tiendra deux autres siècles, avant d’être à nouveau envahi par une nation étrangère. A partir de ce moment, et pendant trois siècles, l’Egypte sera gouvernée par des étrangers : les Hyksos. Ceux-ci apportent bien évidemment avec eux leurs croyances, qui fusionnèrent plus ou moins avec celles des égyptiens.

Le résultat de tous ces mélanges est que le panthéon égyptien est totalement désordonné. Plusieurs créateurs du monde se côtoient, les légendes changent de protagonistes dés que l’on passe d’une région à l’autre, et plus grave, certains dieux ont plusieurs identités bien distinctes, ce qui n’est pas bon pour la santé mentale de ceux-ci. Il faut ajouter à cela que le peuple égyptien est particulièrement peu respectueux de ses dieux. Entendons-nous bien : les Egyptiens sont très pieux – le peuple le plus religieux du monde selon Hérodote – mais ils n’ont pas comme d’autres une terreur sacrée à l’égard de leurs dieux. Du coup, la foi égyptienne est très puissante, mais cela ne profite pratiquement qu’aux prêtres, appelés saoûts. Les dieux en eux-mêmes n’ont pas vraiment de pouvoir, et se raccrochent à la moindre parcelle d’identité propre. A part certaines grosses pointures telles que Osiris, Isis ou Maat, nul n’est à l’abri d’un changement de fonction sauvage. Et pour faire douter ceux qui se sentent trop puissants, il y a l’exemple de Rê, le plus puissant des dieux, créateur du monde, brutalement associé à Amon, dieu de seconde zone adoré seulement dans le « nôme » de Thèbes, à la suite de l’accession au pouvoir de la XIème dynastie. Sur le plan social, l’effet est beaucoup plus positif puisque l’Egypte devient l’une des nations les plus tolérantes de l’Histoire, l’un des pharaons énonçant même le principe de l’égalité entre les races près de quatre mille ans avant la déclaration des droits de l’homme.

Le retour de la Momie
OU LA RENAISSANCE D'UN UNIVERS


Et là, y en a marre de l’Histoire théorique. Après avoir dérivé un moment entre les Marches, le Panthéon Egyptien se retrouve à déborder sur Terre. C’est l’époque des découvertes archéologiques. Malheureusement pour eux, ces dieux sont dépourvus de tous pouvoirs et parviennent à peine à tuer deux ou trois scientifiques pour étayer les légendes de malédictions des momies (au moins vous savez d’où ça vient maintenant), de quoi les déprimer sévère. Finalement l’extinction de la foi les renvoie illico presto dans leur paradis digne de la plus belle époque de leur civilisation, avec des Pyramides et des Sphinx à perte de vue. Comme les Olympiens, ils s’affaiblirent pourtant, alimentés seulement par les recherches constantes de tombeaux et vieilleries ancestrales, de rêves de mystiques en tous genres, et des terreurs des enfants ayant trop regardé la trilogie momifiée.

Quand Dieu fait son tour de passe-passe en transférant de sa divine puissance aux trois panthéons subsistants, les égyptiens se doutent immédiatement d’une intervention extérieure. N’oublions pas qu’ils sont réputés pour être du peuple le plus tolérant au monde, ils sont donc informés de l’existence d’autres créatures, d’autres divinités. Ce n’est pas la vengeance qui les motive donc en premier mais la découverte, car ils sont curieux de la civilisation nouvelle qui s’étend après le passage d’un pont, au bout d’une vallée, par-delà les pyramides. Un pont couvert de brouillard. Vous imaginez du brouillard, en Egypte ? Ouais, ça leur a fait la même chose. Ils en sont encore au stade où ils tâtonnent, cherchant à cerner un mode de vie extrêmement différent du leur, loin de leurs rites antiques. S’ils ne sont pas du genre à buter tout ce qui bouge par racisme, s’ils préfèrent poser des questions avant de cogner, ils n’hésitent pas à renvoyer chez eux ceux qui cherchent à leur faire la peau. Terminé le temps où on les intervertissait allègrement, ils ont pris vies et croyez-moi, ils aiment ça. Suffisamment pour vouloir récupérer les âmes de croyants, comme ils ont entendu que ça se faisait... on suit la mode, si si !

© tiré d'INS, Edition III, éditée par ASMODEE, rédigé par Croc et les auteurs respectifs ayant collaboré sur ce projet, réarrangé pour MAGNA VERITAS



Revenir en haut Aller en bas
http://magna-veritas.forumactif.com


Omni Potentis

" SUPERNATURAL ID CARD "
« Au nom du tout Puissant »

avatar
« Au nom du tout Puissant »



- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - - ✟ MESSAGES : 1007
✟ ARRIVED ON : 13/08/2012


MessageSujet: Re: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   Mer 3 Oct - 12:35



Le Panthéon Celte
PANIQUE CELTIQUE



Mais qui sont les celtes ?

On commence à entendre parler des Celtes au 10ème siècle avant J.-C. A cette époque, on les appelle Cimmériens. Leur territoire se situe géographiquement en Autriche et en Suisse.

Après la brève période des Princes Celtes, au 6ème siècle avant J.C., démarre une période (dite de "La Tène") de conquête et de forte expansion : presque toute l'Europe occidentale est celte, à l'exception du Pays basque. Leur apogée géographique se situe vers le 3ème siècle avant J.-C. En 390, les Celtes dévastent Rome et il y aura plusieurs attaques de la Grèce aux 4ème et 3ème siècles avant J.-C. César se vengera quelques siècles plus tard, car l'expansion de l'Empire romain assimile complètement la culture celte continentale. Les Romains tentent aussi de soumettre la (Grande) Bretagne, mais la résistance picte et quelques révoltes (comme celle menée par la reine Bouddica en l'an 61) leur donnent du fil à retordre. Ils renonceront à s'aventurer en Irlande.

Le territoire Celte se réduit encore lorsque les Saxons envahissent l'Angleterre, au 5ème siècle. C'est le roi breton Vortigern qui les avait invités pour combattre les Pictes et les Gaëls (peuples celtes mais c'était courant à l'époque de se latter entre Celtes), histoire de pallier au départ des Romains (le pauvre avait peur de s'ennuyer). Les Saxons, Angles et Jutes se plaisaient tellement qu'ils sont restés malgré quelque résistance (menée à l'époque par le roi Arthur). Les Vikings mettront fin au pouvoir saxon.

Parlons Religion
QUAND LES DRUIDES SONT JUSTE DE VIEUX PARANOS


Les druides ont réellement existé et ont même pu obtenir certains pouvoirs de la part des dieux qu'ils servaient. Oui mais voilà, eux, ils pensaient qu'écrire leur savoir ça ne servait à rien parce qu'une langue écrite est une langue morte. Eh bien on est dans de beaux draps maintenant : sans les moines et les romains, nous ne saurions rien du tout. Paraît-il que c'était un moyen d'éviter que leurs idées soient détournées. Mais qui s'amuserait à une chose pareille ? Bon, Ok, pas mal de monde, surtout les habitants de Dis mais c'était qu'ils étaient un peu paranos les vieux à barbes blanches. Bref, les celtes savaient écrire mais ils ont décidé que la religion resterait leur précieux secret. Et heureusement, depuis, on en a découvert des choses...

Déjà, on ne peut pas dire que les Celtes aient été un peuple spécialement religieux ; pour eux, les dieux étaient des Héros du passé, ou même carrément un peuple rival. Certains décidaient qu'une rivière serait une déesse, d'autre qu'un animal représenterait bien un dieu. Après, ils se disent non animistes mais franchement comment vous nommeriez ça vous ? Enfin bon on ne va pas froisser les susceptibilités hein. D'ailleurs, les cérémonies étaient rares, hormis les quatre fêtes du feu (Samhain le 1er novembre, Imbolc le 1er février, Beltaine le 1er mai, Lugnasad le 1er août). Autre chose qui mérite d'être mentionnée, c'est leur fascination pour un arbre. En effet, le Gui était considéré comme une plante sacrée, parce qu'un arbre qui pousse sur un arbre, c'est tout de même pas banal.

Concernant le panthéon, il existait des centaines de dieux celtes qui avaient parfois des temples. Mais la plupart du temps, on ne parle d'eux que comme des personnages exemplaires qui peuvent à l'occasion revenir pour filer un coup de main aux mortels... En bref, ces dieux n'étaient sollicités que lorsqu'ils étaient dans la merde. Certains se sont bien évidemment démarqués et nous allons aborder rapidement leurs exploits dans le chapitre suivant. Disons qu'un jour, les dieux celtes se sont pointés en Irlande, le pays des dieux selon les rumeurs. C'est sûr que pour les humains ignorants, des géants, c'est comme des dieux mais il s'agissait en réalité des Nephilims. Les Nephilims que Dieu un jour fit noyer en envoyant un déluge sur l'Irlande histoire de bien nettoyer les lieux. D'autres créatures vinrent prendre la place mais les dieux celtes les vainquirent sans problème particulier parce qu'une terre des dieux, c'était pour les dieux.

Ce groupe de dieux a pris le nom irlandais de Tuatha Dé Danann, soit "Les Gens de Dana" (oui, ça a un lien avec la chanson, je vous expliquerai plus tard ce coup de pub génial qui a mal terminé). Auparavant dirigés par Nuada, puissant roi des dieux car puissant guerrier, celui-ci s'est surtout fait refaire le portrait par un archange et n'en est toujours pas remis. Résultat, c'est aujourd'hui Morriganne qui dirige et attention ça devient complexe car les celtes aussi adoraient la Trinité. Résultat, il existe trois Morriganne qui partagent les mêmes souvenirs, les mêmes idées et les mêmes capacités. Si jamais une Morriganne se fait tuer, les deux autres survivent et attendent son retour, ce qui est très pratique lorsqu'on est une déesse guerrière (et un peu de la triche aussi - le personnage n'est donc pas jouable sur MV).

Passe moi le Celte
DES HÉROS DEVENUS DES DIEUX QUI FURENT ENSUITE OUBLIES - LE RÉVEIL DES DIEUX


Les légendes, vous le savez, engendrent des dieux. Ainsi, lorsque les Celtes ont idéalisé leur héros, ceux-ci sont devenus des dieux, se nourrissant des croyances humaines. Alors, imaginez un instant le nombre de tribus qui ont existé, le nombre de héros qui se sont démarqués... Eh oui... Tout ça, ça fait beaucoup ! Ainsi, chaque peuple celte avait ses dieux (et souvent, plusieurs tribus rêvaient des mêmes héros) et donc certains ont pu prendre consistance et ont pu participer par la suite aux diverses épopées Irlandaises ou continuer à se promener en Gaule jusqu'à la conquête romaine. En fait, c'est bien là tout ce que vous avez besoin de savoir.

Avalon, Belle Avalon, complètement ruinée ! Disons que les celtes se sont peu à peu convertis et que le panthéon est sûrement celui qui a le plus souffert. Leur monde s'est complètement effiloché, les dieux errant comme des zombies, sans but, avec de temps en temps un petit sursaut parce qu'un groupe de personne les invoquait en souvenir d'un temps lointain. Oui, les temps étaient durs. Et ils trouvaient leur sort vraiment bien injuste. La Morriganne s'ennuyait car loin était à présent le temps des batailles. Plus de fracas de fers s'entrecroisant. Seules des ombres. Alors, elle décida d'aller voir Nuada pour redonner un peu de courage à tout ce peuple qui se mourrait. Il y avait des objets leur appartenant sur Terre, des objets qui pourraient les aider à reprendre suffisamment de puissance pour rougir les fesses des emplumés. Ils avaient seulement besoin d'un petit coup de pouce et elle avait une idée La Morriganne...

Règlement de compte à la Celte
QUAND Y'EN A MARRE, Y'A PAS MALABAR


En 2004, quatre dieux celtes ont tenté un retour fracassant sur Terre : le Dagda, Lug, Ogmios et Nuada. Mais revenons sept ans en arrière...

En 1998, La Morriganne a eu une idée pour aider ses frères celtes à se rendre sur Terre. Un formidable coup de publicité : elle inspira trois jeunes gens (admirez un peu le respect de la Trinité) pour qu'ils reprennent un chant guerrier celte. Et ça fonctionna. Des millions d'humains fredonnèrent la musique, permettant aux dieux de reprendre des forces. Car non seulement La Tribu de Dana a été un carton dans l'ancienne Gaule, mais elle a traversé les frontières, allant même dans des contrées qu'ils n'avaient jamais vu. Les Celtes étaient toujours là, il suffisait de les pousser un peu.

Le retour de la musique Celte les avait donc suffisamment éveillé pour qu'ils puissent s'autoriser un passage. Après un petit rituel auprès de la pierre de Fail (un menhir irlandais magique), ils sont partis en quête des objets magiques qu'ils avaient égaré sur Terre, histoire de récupérer un peu plus de puissance encore.

C'est lorsqu'ils ont voulu récupérer le dernier objet magique, le chaudron du Dagda, que ça a vraiment chauffé. En effet, ce chaudron se trouvait sous la garde d'un Archange qui refusait net de s'en séparer. La lutte fut acharnée mais ces quatre dieux furent au final pulvérisés parce qu'évidemment, d'autres archanges vinrent à la rescousse.

La patience est une Vertu
LA NOUVELLE INVASION DE LA TRIBU DE DANA


La patience est finalement une vertu. Voilà que Dieu détache les panthéons de la MRC et que rejoindre la Terre devient à nouveau possible. Aucun dieu celte ne veut laisser passer cette opportunité : certains ont une revanche à prendre, d'autres veulent simplement assurer leur survie. Nul doute que certains prennent cette libération comme une opportunité sans égale de déplumer quelques ailes, surtout les blanches. Après tout, ceux-ci ont détruit des frères et des soeurs ou bien certains sont carrément passés à l'ennemi, et si on hésite pas entre celtes à se taper dessus, quand un ennemi commun se profile à l'horizon, toute alliance est bonne à prendre. D'ailleurs, il ne serait pas étonnant qu'ils aillent voir quelques compatriotes de contrées lointaines histoire de renforcer leur force de frappe.

© tiré d'INS/MV, Édition III, du GUIDE DE LA TROISIÈME FORCE, ASMODEE, rédigé par Croc et les auteurs respectifs ayant collaboré sur ce projet, arrangé pour le forum Magna Veritas.




Revenir en haut Aller en bas
http://magna-veritas.forumactif.com


Contenu sponsorisé

" SUPERNATURAL ID CARD "





- - M Y - F A T E - -
- - P R O F I L - -


MessageSujet: Re: Ψ LES DIVINITE PAÏENNES   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ψ LES DIVINITE PAÏENNES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ψ LES DIVINITE PAÏENNES
» Lois européennes insolites !!!
» Répartition des lycéennes
» Les Eurockéennes en direct presque live
» I need JDRs
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGNA VERITAS :: 
— ALL HELL BREAKS LOOSE —
 :: 
You need to know
 :: 
Groupes & Annexes
 :: 
Les Divinités Païennes
-
ILS SONT ATTENDUS


TRISTAN A. TURNER -
Misha Collins / ANGE DE LA PURIFICATION

AVA M. TAYLOR -
Kristen Dunst / ILLUMINATI

WILLIAM D. FINNIGAN -
Chris Hemsworth / PRINCE DEMON DE LA GUERRE

JACKSON E. WALKER -
Ian Somerhalder / ARCHANGE DE LA PURIFICATION

MEGGAN A. CORNAK -
Evan Rachel Wood / MORRIGANNE - DIEU PAÏEN

SHAYNE P. CARTER -
Jared Padalecki / PSI VENATORES